A l'emplacement de l'actuel restaurant, tenu par Dumé, se dressait jadis une exploitation dont les jeunes ghisonais d'aujourd'hui n'ont peut-être pas souvent entendu parler.

En effet, une Mine de plomb argentifère occupait une grande place, en amont du petit ruisseau bordant le hameau de Paganellu.

Historique:
Les prospections sur le site commencèrent dans les années 1910, elles furent suspendues pendant la guerre, et reprirent en 1917.
A partir de 1922, la société minière exploitait un périmètre de 270 hectares, pour une production annuelle de 400 tonnes de minerai de plomb et de cuivre.
Le minerai était expédié à dos de mulet vers la gare de Ghisonaccia.
A partir de 1923, c'est la Compagnie d'exploitation des mines, minerais et métaux qui devient propriétaire de la concession.
Une route est alors aménagée afin de transporter le minerai vers le hameau de Paganellu.
Des cables prennent alors le relais afin de transporter le minerai jusqu'au bord du Fium'Orbo.
En 1925, la compagnie prend le nom de Kyrie Eleison

 

L'exploitation se faisait en creusant des galeries et le minerai était transporté vers un concasseur qui réduisait
le minerai en poudre, et l'envoyait vers un grand tamis.Les sacs ainsi constitués pesaient environ
20 Kg.

 

Bien sur, la citerne qui contenait les résidus de plomb était vidée régulièrement dans le fleuve, et cette eau trouble, chargée de plomb, devenait mortelle pour les truites.
Au moment où le cours du plomb a chuté, la mine a été fermée.
Les ouvriers se sont donc retrouvés au chomage, et ce fut sans nul doute une grande
perte financière pour le village.
 

Seule consolation, le Fium'Orbu retrouvait sa couleur d'origine et les générations futures, l'eau limpide et les jolies truites.

"Opartenu di bon ora, l'ouvrieri di la mina, annu da stanta li soli per fa
marchia a machina, d'annu da inguffia i pumoni,cume les pecche in vadina"
 
( Source: Antoine Romani )

 

De nos jours, tout ceci a laissé la place à un restaurant.
"A Vecchia Mina " - Tel: 04.95.57.63.42

 

 

 

 

 

 

 

L'élèctricité nécessaire à tous ses travaux était produite par une immense machine à vapeur, située à l'endroit même, où se trouve aujourd'hui le restaurant. 
Tous les ouvriers étaient des ghisonais, à l'exception du contremaitre qui s'appellait: "Leca".